Voeux adoptés au Synode

3 vœux ont été adoptés par le Synode national de Nancy. Le premier concerne l’accueil des réfugiés, le second porte sur l’écologie, le troisième l’accueil des exilés Syro-irakiens.

Vœux adoptés     laurent

 

Synode national de Nancy 2016

Télecharger vœux_adopte_synode_national_epudf_nancy_2016

  1. Protestation publique

79 voix pour, 1 contre

Un drame historique se déroule à nos portes : par milliers des gens meurent de refuser la guerre et l’oppression, de choisir la vie et la liberté. Ne les accueillir qu’avec parcimonie est indigne de notre héritage spirituel et est insupportable pour nos consciences. Encouragé par les messages du président du Conseil national, de la déléguée de l’Eglise vaudoise d’Italie, du président du Conseil régional de la Région Nord-Normandie,

Le Synode national de l’Église protestante unie de France, réuni à Nancy du 5 au 8 mai 2016,

  • décide de l’organisation d’une protestation/ manifestation symbolique et publique, et charge le Conseil national d’en déterminer les modalités pratiques. Cette protestation/manifestation devra se faire en lien avec l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine (UEPAL), si elle le souhaite, et avec nos partenaires œcuméniques et inter religieux, et pourrait s’inscrire dans la durée ;
  • demande au Conseil national de mobiliser le réseau des Eglises en Europe et dans le monde à travers ses relations internationales :

1) pour développer une prise de parole à l’échelle européenne sur l’accueil des réfugiés,

2) pour mettre en œuvre des actions nationales inspirées d’expériences des autres Églises en Europe (voir la participation de l’Église Vaudoise d’Italie à l’action « couloir humanitaire »).

 

  1. Synode sur l’écologie

Fort des attentes exprimées depuis plusieurs années dans plusieurs synodes de notre Église, fort de la dynamique portée par la Fédération protestante de France à l’occasion de la COP 21 (Conférence des Parties – Changements climatiques), conscient qu’il est temps que notre Église, dans son ensemble, se saisisse du sujet de l’écologie de manière concertée et concrète,

Le Synode national de l’Église protestante unie de France, réuni à Nancy du 5 au 8 mai 2016 :

  • demande au Conseil national de mettre à l’ordre du jour d’un prochain Synode la question de l’écologie comme opportunité spirituelle et théologique de penser et débattre de notre rapport au monde, à la nature et à l’espérance d’un monde meilleur ; (71 pour, 5 contre)
  • exhorte chaque Conseil presbytéral à s’engager, sans attendre, dans des actions concrètes (énergie renouvelable, consommation éclairée, écomobilité, permaculture, écolabel des paroisses, …) ; (65 pour, 0 contre)
  • invite, sans attendre, chaque Conseil régional à initier, encourager, accompagner, et valoriser des réflexions et actions qui vont dans ce sens. (70 pour, 3 contre)

 

  1. Accueil des exilés Syro-irakiens

79 pour, 0 contre

Le Synode national de l’Eglise protestante unie de France, réuni à Nancy, du 5 au 8 mai 2016, faisant écho à la lettre du président du Conseil national de l’EPUdF au Ministre des affaires étrangères lui demandant d’engager le Gouvernement français à proposer une politique à la fois généreuse et réaliste, quant à l’accueil des réfugiés syro-irakiens,

Demande au Conseil national de l’EPUdF, en relation avec la Fédération protestante de France et la Fédération de l’Entraide Protestante déjà engagées dans l’accueil des exilés :

  • d’interpeler le Gouvernement Français afin qu’il
  • mette tout en œuvre pour accueillir dans les plus brefs délais les exilés qui se trouvent dans des conditions qui se dégradent dramatiquement,
  • prenne des initiatives courageuses au niveau européen pour la création de voies sécurisées d’accès pour les personnes à la recherche de protection,
  • accorde la priorité aux moyens d’accueil et d’insertion des exilés plutôt qu’aux mesures sécuritaires ;
  • d’exhorter les responsables et membres des communautés ecclésiales afin qu’ils portent témoignage, en paroles et en actes, de leur volonté d’accueillir les exilés dans notre société et de refuser toutes les formes de stigmatisation et de rejet « de l’étranger » ;
  • d’initier et de porter un collectif d’associations le plus ouvert possible afin de sensibiliser la population française au devoir d’asile, à la richesse de la rencontre de « l’étranger », aux rejets des comportements sociaux et politiques fondés sur la peur des autres.