Archives du mot-clé protestant

Apéro Protestantisme

En réflexion avec le conseil presbytéral, le pasteur va animer, une fois par mois, une séance d’une heure et demie sur le protestantisme.
Ces « ateliers-découverte « sont destinés aux personnes qui ont peu -voire pas- de connaissance du protestantisme. Les ateliers seront animés en deux temps : autour d’un apéritif, le premier temps se fera sous une forme d’exposé ; le second temps sera « à bâtons rompus », avec questions,interpellations.

Aucune question ne sera incongrue.
Ce groupe, pour fonctionner, ne doit comprendre que des personnes sans « bagage », en recherche,avec des questionnements, souhaitant en apprendre un peu sur le  protestantisme, confronter leurs idées librement.
Cette activité ne s’adresse donc pas aux personnes qui ont déjà un petit – ou grand !- bagage. Par contre, vous pouvez fort bien en faire de la publicité autour de vous !
Nous aborderons dans les grandes lignes :
Une histoire succincte du protestantisme ; les grands principes du protestantisme ; la perception luthéro-réformée de l’Eglise ; les sacrements.
Si le groupe fonctionne, nous continuerons à la rentrée prochaine avec des discussions sur des sujets éthiques ; des notions de sens …
Les dates pour les quatre prochains mois, de 19h à 20h30, au temple de Bayonne:
Vendredi 11 mars ; vendredi 8 avril ; vendredi 13 mai ; vendredi 10 juin.
Parlez-en autour de vous

Joyeuses Pâques

 paques

Jésus est ressuscité !

Cette fête nous oblige à prendre position.

Pâques c’est un démenti final, absolu au silence et au néant. C’est l’affirmation qu’en dépit de leurs présences inévitables, souvent brutales, les différents obstacles comme la mort n’ont pas d’avenir, n’ont pas le dernier mot.

De façon la plus concentrée, la plus condensée, la plus ultime, Pâques c’est dire : face au chaos qui nous entoure, face à l’abîme du néant : il y a un lieu, un homme, un événement, qui se donne en alternative ultime et qui affirme la supériorité, la victoire de la vie sur la mort. C’est la raison pour laquelle c’est la fête la plus importante.

Elle change mon quotidien :

Soit, et cela à chaque instant de vie, nous décidons de témoigner de Pâques.

Soit, nous décidons de rester dans le vendredi Saint.

Et cela transforme nos vies, toutes nos vies, tous nos instants de vie.

Soit, nous laissons pressentir une autre dimension que celle du néant et de la fuite,

Soit, nous restons paralysés dans ce cycle infernal de l’horizon fermé.

Laissons-nous habiter par le message de Pâques, celui qui renverse la table, renverse les tombeaux, celui qui ouvre l’horizon, qui va jusqu’à chercher nos fardeaux et nos corps rigides.

Pâques rappelle la remontée du Christ de cet enfer. Il est vivant, il rend vivant ceux qui se laissent éclairer par la lueur de l’aube pascale.

Pâques c’est dire non au néant. Donner la parole à la création, donner de la place aux gestes de résistance à toutes les formes de morts, que ce soit des disputes les plus simples, aux conflits les plus complexes.

Pâques, c’est opter tous les jours de notre vie, même dans les tous petits gestes, aux gestes de vie et non aux gestes de découragement, de pessimisme, de mort.