Archives du mot-clé eglise reformee bayonne biarritz

Tableau des cultes oct et nov 2017

Les cultes Décembre 2017

Dates BIARRITZ BAYONNE Indications pour Bayonne Biarritz COTE BASQUE Germietta / Baïgorry HOSSEGOR
3 dec unique 16h bayonne
10-dec 9h30 11h00
17- dec salle du Braou unique
24 dec veillée de Noel/ 18h unique
25 dec unique 10h30
31 dec 10h30 unique
/

Retrouvez ce tableau dans la LIEN PROTESTANT DEC-2017

Donnez un peu de votre temps.

 Nous avons besoin de vous.

Notre église n’existe que par les paroissiens qui la composent, participent… mais aussi grâce à quelque  personnes qui donnent de leur temps bénévolement au service des autres . Cela peut être pour une action pontuelle ou pour une activité régulière, cela peut être pour une année, pour quelques années, ou pour certains quelques dizaines d’années.

Pour vous manifester, vous pouvez laisser vos coordonnées sur les feuilles d’inscriptions qui sont à l’accueil du culte, en parler à un pasteur ou à un conseiller presbytéral,

Vous serez alors contacté(e) d’abord pour mieux vous connaître, puis pour vous proposer des actions ponctuelles ou régulières. Bien entendu, vous resterez alors libre d’accepter ou de laisser passer l’offre, si votre disponibilité ne correspond pas ou si la mission demandée ne vous inspire pas trop. Et si vous acceptiez ce sera avec reconnaissance de tous. Nous comprenons très bien que quand une personne accepte un poste de responsabilité, ce soit pour une période limitée dans le temps, il suffira de prévenir quand vous souhaiterez en être libéré, c’est tout à fait naturel.

Exemple de postes ponctuels :

Accueil lors d’une manifestation comme les journées du patrimoine (annuel), pour les concerts spirituels , pour des expositions aux temples (ponctuel),   la fête de la musique (annuel).

Participation à l’équipe de préparation de pots d’accueil à la sortie des cultes .

Aide ponctuelle, par exemple pour

,appel-c3a0-rc3a9seau

Pour le co-voiturage

Manutention pour des rangements, pour la vente de charité, pour des concerts,

Participation aux campagnes de nettoyage ou aux besoins  ponctuels de bricolage etc..

Exemple de tâches régulières « à la carte », vous laissant libre de vous inscrire dans un agenda :

Garderie des enfants pendant le culte le dimanche matin,

Participation à la préparation et au service des repas de paroisse .

Participation et service lors des repas (bi annuels).

Équipes fonctionnant régulièrement

Moniteurs et monitices d’éducation biblique (un des postes les plus prenants, avec au moins une réunion de préparation et un dimanche entier par mois !)

Conseil Presbytéral, Conseil de l’Entraide (élus lors des assemblées générales)

Musiciens (pour les cultes)        CLE DE SOL

Enfin, le service offert par les temples sur place et sur internet est délibérément gratuit et sans publicités. Cela n’est possible que parce que des personnes participent, chacun selon ses moyens, quelques heures  à  beaucoup plus peut-être, sera reçu avec reconnaissance, comme une aide et comme un geste de louange à Dieu, et d’encouragement pour nous.
 Merci pour votre engagement,

Amitiés fraternelles

W.B

Feuilles de la paroisse « LE LIEN »

LIEN PROTESTANT février-2016croix-hugenotte

dog reading a newspaper

LIEN PROTESTANT janvier-2016

LIEN PROTESTANT oct-nov-2015

                         Lien-septembre-2015

                         lien juillet aout 2015v4

Revue Libre Sens: interview exclusive du Pasteur Houziaux

2014-10-26-120000-X1200Le Pasteur Alain Houziaux nous présente la revue « LIBRE du CPED à l’occasion du culte de la Réformation.

 

 

blogInterview exclusive

revue-libre-sensSi vous souhaitez connaître LibreSens, adressez-vous au CPED, qui vous enverra un numéro gratuit.
CPED-LibreSens, 47, rue de Clichy, 75009 Paris – fpf.cped@free.fr – tél : 01 42 80 06 25
ou consultez son blog
http://libresens.blogspot.com

Culte audio de Alain HOUZIAUX: Culte de la réformation du 25 oct 2014

Pasteur Alain HOUZIAUX
Pasteur Alain HOUZIAUX

À l’occasion du Culte de la Réformation du 25 octobre 2014 à Bayonne, le Pasteur Alain HOUZIAUX a partager avec nous ce message…
« Dieu est au delà de l’infini… »

 

Fonctionnement

EGLISE PROTESTANTE UNIE        Bayonne-Biarritz

Le fonctionnement institutionnel de l’Église unie de France

l’Église protestante unie de France (EPUdF) fonctionne selon le système presbytérien-synodal dont les racines remontent sans doute à Martin Bucer. Ce système essaye de trouver un équilibre entre l’échelon local, ou « presbytérien », et l’ensemble des échelons collectifs, ou « synodal ».

Institutionnellement, l’EPUdF est une union d’églises locales. Son support juridique est « l’Union nationale des associations cultuelles de l’Église protestante unie de France » (UNACEPUdF, appelée l’Union ci-dessous), elle même membre de la Fédération protestante de France. Chaque Église locale est constituée en association cultuelle de la loi de 1905. Elle est dirigée par un conseil presbytéral, élu pour quatre ans par l’assemblée générale. Ce conseil élit en son sein son président et son bureau, et autant de délégués synodaux qu’il y a de postes pastoraux dans cette Église.

Ces délégués et les pasteurs de l’Église sont ses représentants au synode régional, qui est ainsi constitué d’autant de laïcs que de pasteurs (1). Le synode régional élit un conseil régional, pour quatre ans, lui aussi plus ou moins « paritaire », qui élit en son sein un président et un bureau. Le président du conseil régional, – nécessairement un pasteur – est en quelque sorte le « chef de l’exécutif » régional. De nos jours, la tâche de président du conseil régional est une tâche à plein temps. Celui-ci abandonne donc son ministère paroissial le temps de sa présidence. L’habitude est que, sauf départ à la retraite, il retourne en paroisse après. Il n’y a pas de hiérarchie ecclésiastique ni plusieurs « grades » dans le corps pastoral.

Le synode régional élit aussi en son sein, pour trois ans, des délégués, laïcs et pasteurs, qui constituent le synode national, instance suprême en matière d’organisation de l’EPUdF (2). Le synode national élit, pour quatre ans, un conseil national qui élit en son sein un président. Le président du conseil national, nécessairement un pasteur, est le « chef de l’exécutif » national. C’est a fortiori une tâche à temps plein.

Le fonctionnement de l’ensemble est un subtil équilibre des « pouvoirs » entre ces instances. Fondamentalement, les Églises locales sont souveraines, mais elles s’engagent, en adhérant à l’Union, à respecter les décisions des synodes nationaux, et à se soumettre à la Constitution de l’EPUdF, qui confie un certain nombre de prérogatives au conseil régional et à son président.

Ainsi, par exemple, le nombre de postes pastoraux à pourvoir et leur affectation à telle ou telle Église est de la compétence du conseil régional, en concertation, naturellement, avec les Églises locales. Mais le choix d’un pasteur déterminé pour pourvoir un poste est de la compétence du conseil presbytéral. Nul ne peut forcer une Église locale à accepter un pasteur, comme nul ne peut forcer un pasteur à accepter un poste particulier. Le choix d’un pasteur est donc une affaire de choix mutuel. La nomination d’un pasteur dans un poste doit recevoir l’aval du conseil régional.

Une fois nommé dans un poste, le pasteur est rémunéré par l’échelon régional selon un barème national. Chaque Église locale envoie une contribution à la région pour pourvoir à ses dépenses, au premier rang desquelles les salaires des pasteurs. Cette contribution est négociée très ouvertement entre Églises et avec le conseil régional. Ceci permet une solidarité entre Églises, les plus petites versant une contribution inférieure au coût d’un poste pastoral. La région à son tour envoie une contribution à l’échelon national, lequel prend soin de la retraite des pasteurs, de leur formation via l’Institut Protestant de Théologie, etc…

La paroisse est donc dirigée par un « exécutif à deux têtes » : le président du conseil presbytéral, généralement un laïc, et le pasteur, généralement vice-président du conseil (avec un laïc), permanent, théologien, et aussi représentant de l’Union nationale au sein de sa paroisse. Le pasteur n’est pas un « prêtre ». L’Église ne lui reconnaît aucun rôle, sacramentel ou autre, que tout autre laïc ne puisse remplir. Ainsi, l’opposition pasteur/laïc n’est pas fondée. Mais de fait, en fonctionnement normal, le pasteur oriente très fortement la vie de son Église locale, et il s’agit donc d’un ministère essentiel dans l’Église, premier mais pas supérieur.

L’ensemble des règles de fonctionnement et d’évaluation des ministères fait qu’un pasteur passe en général entre 5 et 12 ans dans un même poste. Et bien sûr, si le choix mutuel est une affaire de séduction, il y aussi des cas de divorce… C’est le conseil régional qui essaye de gérer les crises, qui peuvent se terminer par le départ du pasteur. L’Union n’a pas le pouvoir de dissoudre un conseil presbytéral.

Autre exemple d’équilibre presbytérien-synodal : les sujets de fond mis à l’ordre du jour du synode national doivent nécessairement avoir été examinés par les Églises locales et les synodes régionaux auparavant. Les motions établies par ces synodes nourrissent la réflexion du synode national qui en tient compte dans sa résolution finale. C’est cette procédure qui a été suivie pour aboutir à la fusion de l’Église réformée de France et de l’Église évangélique luthérienne de France, demandée par les deux synodes nationaux en 2007, et qui doit être proclamée au premier synode national de l’Église unie, en 2013 à Lyon.

Il est constitutif de l’attitude protestante d’estimer qu’une telle organisation ne soit jamais parfaite, qu’elle doive toujours être remise en question et améliorée, selon le vœux de Luther pour l’Église: reformata et semper reformanda.

Pierre Bernhard

_______________________________
(1) En fait plus de laïcs que de pasteurs, parce que quand un poste pastoral est vacant, l’Église locale concernée délègue un laïc à sa place.
(2) En matière d’organisation, objet de ce texte. En matière de foi, l’Église protestante unie ne reconnaît d’autre autorité que celle de Jésus-Christ tel que nous le révèlent les évangiles. Elle cherche à discerner la parole de Dieu dans la lecture de la Bible, éclairée par le témoignage intérieur du Saint Esprit.

Culte à St Jean de Luz le samedi 27 sept

Le Culte de maison
à Saint-Jean-de-Luz

se tiendra
chez M.et Mme JUCHAUD

Samedi 27 septembre 2014
à 18h00 

Culte du 28 Septembre

Enquête2 (1)ayonne à 10.h30, culte UNIQUE inter-générations sur le theme « faute de vision, le peuple tombe »

Temps de prière spécial pour les familles

Garderie pour bébés.

Apéritif, puis repas tiré des sacs mis en commun au rez de chaussée (permettant aux jeunes enfants de jouer dans le jardin,et aux poussettes et personnes à mobilité réduite de participer à ces réjouissances)

Lancement de la réflexion sur le projet de l’église .vos avis,vos attentes, vos apports sont essentiels.Trouvez le bulletin de réponse  à imprimer. Enquête2 (1)

timing

Culte protestant à la chapelle de Guermiette – St Etienne de Baïgorry

CULTE PROTESTANT A LA CHAPELLE DE GUERMIETTE

A Saint Etienne de Baïgorry

Avec le Pasteur Nathalie Paquereau

Un samedi par mois à 10 Heures.

Pour de plus amples renseignements tel au 05 59 37 41 77

 

chapelle-guermiette

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Comment prier

 biblea

Quand tu veux prier, nous dit Jésus,entre dans ta chambre,ferme ta porte,et prie ton Père qui est là, dans cet endroit secret;et ton Père qui voit dans le secret te récompensera… (Évangile selon Matthieu 6:6)

14 « astuces » pour prier

Pourquoi des  » astuces « , des  » trucs  » pour prier ?

Parce qu’il nous faut parfois ruser avec une part de nous-mêmes avant d’arriver à arracher un peu de temps pour prier. Nous pouvons ainsi choisir de prier, délibérément, volontairement. Prier c’est d’abord prendre du temps, c’est arriver à prendre du temps pour Dieu, du temps pour soi et pour Dieu.

  • Prier ce n’est pas forcément dire des choses ou entendre des voix.
  • Prier ce n’est pas nécessairement un sentiment particulier à avoir.

Mais prier, c’est principalement prendre un temps pour aimer Dieu, un temps pour s’aimer soi-même et se laisser aimer par Dieu. Ce qui se passera par la suite sera une surprise, un cadeau.

Dès l’instant où l’on veut prier, à la seconde où l’on se prépare à prier, en espérant que Dieu sera présent d’une certaine façon et que cela changera quelque chose pour notre vie… dès cet instant nous sommes déjà en prière, puisque nous prenons du temps pour Dieu, pour nous-mêmes en relation à Dieu, même si cette relation n’est encore qu’espérance. Quand la rencontre ne se fait pas, on peut persévérer dans la prière. De toute façon, ça ne fait que du bien de penser aux personnes que l’on a rencontrées, de méditer sur ce que l’on a vécu, d’y voir les points de lumières & d’ombre, de chercher ce que l’on veut vivre, et de faire silence en soi.

Et puis la prière, comme toute activité, se perfectionne en s’exerçant. On peut se donner des occasions de rencontre avec Dieu, par exemple grâce à ces astuces (inspirées d’un texte de Maurice Bellet) :

  1. Entrer dans une église, n’importe laquelle, et marcher tranquillement dedans, ou peut-être s’asseoir, croiser les mains, fermer les yeux, et laisser le calme venir…
  2. Ouvrir la Bible sans même la lire, mais simplement pour songer et s’imaginer le propre livre de notre cœur et ce qui fait l’essentiel de la vie selon moi… Puis lire dans le texte seulement une phrase…
  3. Dire une seule demande du Notre Père, une seule fois…
  4. S’habituer progressivement à s’offrir des temps de silence, ne plus avoir peur de s’y aventurer et d’y faire face à l’essentiel…
  5. Se désoler intérieurement de ne pas prier, de ne pas penser souvent à Dieu, d’en être incapable, d’être froid et sec à l’intérieur et heureux ailleurs sans le Christ, sans Dieu… Puis décider de s’en remettre à Dieu là-dessus et attendre, tranquillement que Dieu nous nourrisse…
  6. Comme un petit enfant, dire des choses à Dieu : une demande toute simple et naïve, une supplication, sa colère ou sa déception, un espoir un peu fou…
  7. Penser à des choses anodines, à sa journée, puis à ce que l’on aimerait être dans 10 ans…
  8. Lire dans la Bible son passage préféré, ou autre chose, puis remarquer la profonde résonance avec ce que nous sommes…
  9. Désirer jusqu’à la douleur et la révolte que les choses soient autrement qu’elles ne sont… et être soi-même différent…
  10. Écouter de la musique, pas nécessairement religieuse, mais écouter dans la profondeur quelque chose qui nous fasse vibrer. Chanter soi-même, si l’on peut, ou jouer d’un instrument…
  11. Se tenir dans la paix, dans le silence après le tourbillon de la journée, des rencontres et de la famille…
  12. Douter de Dieu tout en espérant que la confiance (re)viendra, et l’attendre…
  13. Travailler de ses mains à des tâches habituelles. Sans radio, sans un mot, et jouir de ce calme et de ce travail qui n’occupe que la surface de notre attention, et qui laisse libre l’âme…
  14. Aller se mettre en présence de la nature, sous le soleil ou sous un parapluie, et se laisser porter par le calme et la beauté…

JÉSUS DIT: JE SUIS LE PAIN DE VIE. CELUI QUI VIENT À MOI N’AURA JAMAIS FAIM, ET CELUI QUI CROIT EN MOI N’AURA JAMAIS SOIF.