Archives pour la catégorie Engagements

Le Mariage Protestant

mariage

Le mariage protestant


Pour les protestants, il s’agit avant tout plus d’une bénédiction de mariage que d’un mariage proprement dit. L’engagement de vivre chrétiennement ensemble se fait d’abord dans le secret des coeurs, puis trouve sa dimension sociale à la mairie, et enfin sa dimension spirituelle à l’église.
Au temple, les jeunes époux disent comment ils veulent vivre leur union.

Les engagements parlent donc de vérité, d’attachement, d’amour et de fidélité. On parle du fond, de la foi et de l’idéal évangélique qui est partagé par les époux, et le pasteur dit sur le couple la bénédiction de Dieu, car se marier dans un temple, c’est aussi affirmer que l’on veut faire cette route familiale avec la présence de Dieu et l’aide de l’Evangile.

La cérémonie

Elle se passe normalement au temple avec le pasteur, et elle est préparée soigneusement avec lui pour mettre au point le déroulement de la liturgie.

Obligatoirement précédée d’un mariage à la mairie, la cérémonie religieuse dure environ une heure, et se déroule à peu près comme dans toutes les confessions chrétiennes, avec comme dans tout culte protestant, une certaine simplicité et un accent porté sur le contenu du message qui est dit lors de la prédication.

Les cérémonies oecuméniques

Aujourd’hui, 9 protestants sur 10 épousent un ou une catholique, et les cérémonies oecuméniques sont donc habituelles.

Elles peuvent se faire:
· Soit au temple avec juste un pasteur si le conjoint catholique ne ressent pas la necessité de la présence d’un prêtre

· Soit au temple avec un pasteur et un prêtre

· Soit dans une église catholique avec un prêtre et un pasteur.

Lorsque un pasteur et un prêtre officient ensemble, le plus fréquent est que la liturgie soit plutôt confiée au prêtre et la prédication au pasteur. Ils se partagent les différents moments pour qu’une impression d’équilibre et de fraternité soit donnée.

La préparation

Il faut prendre contact avec le pasteur au minimum 3 mois à l’avance, et si possible plus tôt pour être sûr de la date et pour avoir le temps de bien préparer ce moment important de toute vie humaine. Les entretiens avec le pasteur visent ensuite à préparer concrètement le déroulement de la cérémonie

  • pour réfléchir ensemble sur le sens biblique religieux et sociologique de la célébration.
  • pour déterminer quelle Parole en sera le coeur.
  • pourque la cérémonie soit dans le ton de ce que souhaitent les mariés.

Combien cà coûte?

Le don que les mariés doivent faire à l’Eglise n’est pas fixé. Par définition un don appelle la liberté et la responsabilité de celui qui le fait. Voici quelques éléments qui doivent permettre d’évaluer le montant juste d’un don à l’occasion d’une bénédiction nuptiale

1 Le don moyen d’une famille protestante en Aquitaine est de 450 euros. La bénédiction nuptiale moment exeptionnel d’une vie n’appelle-t-elle pas un don d’un montant égal si les mariés ne sont pas déjà cotisants. S’ils le sont dans l’absolu la bénédiction ne devrait pas appeler de dons particuliers sinon la volonté de dire sa reconnaissance à Dieu et d’encourager la vie de l’Eglise

2 Le coût total d’un mariage: bague-costumes, restaurant, vin d’honneur…. est très variable. Dans la bible le peuple d’Israël est appelé à donner la dïme, 10% de ses revenus pour le service du temple. Aujourd’hui un protestant réformé donne environ 3% de ses revenus. Il serait donc juste que les mariés donnent à hauteur de 3% des frais engagés pour le mariage.

3 Au cours de la soirée le service d’un Disc-Jockey est souvent rémunéré. Le côut moyen pour une soirée est de 500 euros. L’investissement affectif,l’investissement en temps, la qualité du service offert par le pasteur valent-elles moins que celle d’un DJ?

Une déduction fiscale est possible: il est possible de déduire de son impôt les 2/3 de ses dons. Si vous donnez 500 euros, vous pouvez déduire 500*2/3=333 euros de votre impôt. soit un coût final de 500-333= 167euros. Tout le monde y gagne

SEL: Lettre de nouvelle d’octobre

La lettre de nouvelle du Service d’Entraide et de Liaison est ici: Lettre de nouvelles Octobre 2014

SEL-60minutesDans la lettre de nouvelle, le SEL nous parle du WEB ÉVENEMENT : 60 MINUTES CONTRE LA FAIM.

Cet évènement, qui prend place à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Alimentation, aura lieu en direct des locaux du SEL, le jeudi 16 octobre 2014 de 19h à 20h sur le site http://partagetonpain.com/

C’est une émission qui sera animée par Jean-Luc Gadreau, pasteur et artiste.

N’hésitez pas à participer à cet évènement et à en parler autour de vous !

Association d’Entraide Protestante – sept 2014

Le conseil de consistoire réuni à Orthez le 26 septembre a longuement échangé sur l’avenir de l’AEP et souhaite vous communiquer quelques informations et questionnements au sujet de l’Association de l’Entraide Protestante. C’est le pasteur Michel JACOB qui a ainsi rédigé ce document.

« L’Association de l’Entraide Protestante (AEP) est une association plus que centenaire que nous connaissons bien dans nos paroisses. Certains de nos membres d’églises sont aussi membres de l’AEP et siègent au CA de cette association. Nous connaissons surtout l’AEP en ce qu’elle est pr opriétaire et gère les maisons de retraite de Lonset Pau mais, et nous le savons moins, elle participe aussi au rayonnement diaconal de certaines de nos paroisses qui font appel à elle. Cette association arrive au bout d’une partie, probablement la plus grosse et la plus visible, de sa mission puisque, après avoir porté deux maisons de retraite et lancé le projet d’une nouvelle et unique maison de retraite, elle a cédé la gestion du tout à la Fondation John Bost. Au moment où cette association se pose la question de son avenir et de son devenir je veux vous rendre attentifs au fait que l’AEP demeure l’outil privilégié de notre action diaconale paroissiale, inter-paroissiale et consistoriale

Je vous invite donc à manifester votre intérêt pour cette association qui fait partie du patrimoine de nos paroisses, association dont nous ne saurions nous passer sans dommages puisque nos paroisses ne peuvent, comme telles et conformément à leurs statuts, avoir une action diaconale qui leur soit propre.

Je crois qu’il nous faut :

  • Informer nos nouveaux paroissiens de l’existence de cette association. Pour cela nous pouvons en parler au moment des annonces, dans nos journaux de paroisses et diffuser le journal édité par l’AEP.
  • Inviter le plus grand nombre à en devenir adhérent. C’est la condition de l’existence et du développement de toute association.

–    Au sein des conseils presbytéraux et des paroisses, du conseil de consistoire, développer, en relation avec l’AEP, une réflexion diaconale en vue d’actions qui répondront à des besoins malheureusement bien présents.
Peut-être avons-nous accompagné l’AEP de trop loinIl. est probablement temps de dire à l’AEP que nous avons besoin d’elle et que nous sommes prêts à nous y engager sauf à ne pas relever le défi d’un engagement diaconal ou à vouloir créer une nouvelle structure. »

Pour le conseil de consistoire. Michel JACOB

Le SEL cherche des donateurs pour l’école Ephpahatha de Lomé au Togo

Le SEL cherche des donateurs pour soutenir le projet de soutien alimentaire (ticket-repas) pour les enfants sourds et malentendants de l’école Ephphatha, à Lomé au Togo.
Le SEL souhaite trouver 89 donateurs qui s’engageraient à donner 16 € par mois pour la cantine de cette école.

affiche-cantine-ticket-repas-SEL
Contactez votre délégué  du SEL Joël Paquereau ou rendez-vous directement sur le site du SEL/ticket repas 

Avec 16 € par mois, moins d’1€ par jour,  vous pouvez soutenir un projet alimentaire (Ticket-Repas).

 

« 58: » : le film qui interpelle l’Église

A partir de témoignages percutants d’hommes et de femmes d’ici ou de là-bas, « 58: » nous emmène dans l’univers impitoyable de la pauvreté, mais aussi dans celui rempli d’espoir et de foi de ceux qui se lèvent pour la combattre.

Acat

L’ACAT est une ONG chrétienne de défense des droits de l’homme créée en 1974. Association loi 1901, elle est reconnue d’utilité publique et d’éducation populaire. 

L’ACAT a pour but de combattre partout dans le monde les peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, la torture, les exécutions capitales judiciaires ou extra-judiciaires, les disparitions, les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et les génocides.
Elle assiste les victimes de tous ces crimes, notamment en se constituant partie civile devant les juridictions pénales et elle concourt à leur protection notamment par toutes actions en faveur du droit d’asile et de la vigilance à l’égard des renvois qui s’avèreraient dangereux.

L’ACAT fonde son action sur un réseau actif de 39 000 membres adhérents, donateurs et salariés.

Dirigez vous sur leur site http://www.acatfrance.fr/

Cimade

Cimade

 Fondée en octobre 1939 pour, notamment, venir en aide aux populations évacuées d’Alsace et de Lorraine, la Cimade (Comité Inter-Mouvements Auprès Des Evacués) passe durant la guerre d’une présence de solidarité à la résistance. Elle se mobilise contre les persécutions antisémites, camoufle des personnes, aide à traverser des frontières, à constituer des états civils et des faux papiers.

Depuis, la Cimade « a pour but de manifester une solidarité active avec ceux qui souffrent, qui sont opprimés et exploités et d’assurer leur défense, quelles que soient leur nationalité, leur position politique ou religieuse. » (article 1 des statuts).

cimade


 

Chaque année, la Cimade accueille et accompagne plusieurs dizaines de milliers de migrants et de demandeurs d’asile. Elle contribue à leur insertion par l’organisation de formations spécifiques. Face à une législation toujours plus complexe et restrictive, elle apporte son expertise et ses conseils aux étrangers, afin qu’ils puissent faire respecter leurs droits. A leur côté, elle peut témoigner de ce qu’ils vivent et des difficultés qu’ils rencontrent.

Et parce qu’accueillir l’étranger c’est également comprendre d’où il vient, la Cimade soutient des partenaires dans des pays du Sud autour de projets liés à la défense des droits fondamentaux, à l’aide aux réfugiés ou à l’appui aux personnes reconduites dans leur pays. Elle donne désormais priorité au renforcement et au travail avec les sociétés civiles du Sud et du Nord pour la défense des droits des migrants.

 

Vous êtes confronté à cette problématique particulière concernant les migrants et demandeurs d’asile (démarches, logement, santé). vous pouvez contacter la Cimade .

 

Pour connaître les permanences, les personnes référentes sur notre région et les contacter, cliquez ici: www.lacimade.org

À Bayonne: Permanences : Lundi de 15h à 18h
20 rue Lagréou
64100 Bayonne
tél : 06 25 68 08 72

Pour soutenir la Cimade :  boutique.lacimade.org

 

Message du CECEF : Conseil d’Églises chrétiennes en France

Message du CÉCEF suite à la condamnation pour apostasie de Meriam Yehya Ibrahim Ishag

Le 26 juin 2014, l’ACAT [Action des chrétiens pour l’abolition de la torture] organise, comme chaque année, une Nuit des veilleurs, pour porter dans la prière les victimes de la torture et les prisonniers de conscience. À cette occasion, le Conseil d’Églises chrétiennes en France invite les chrétiens à soutenir tout particulièrement Meriam Yehya Ibrahim Ishag.

arton648-8a1ad

Les membres du Conseil d’Églises chrétiennes en France [CÉCEF] ont appris avec consternation la condamnation à mort de Meriam Yehya Ibrahim Ishag, chrétienne soudanaise de 27 ans, prononcée par un tribunal de Khartoum, le 15 mai 2014, pour « apostasie ». Cette jeune mère de deux enfants a également été condamnée à cent coups de fouet. Malgré des assurances données aux diplomates de différents pays, elle n’a pas été libérée et à ce jour les condamnations contre elle n’ont pas été levées.

 

Considérant que Meriam Yehya Ibrahim Ishag a été déclarée coupable uniquement en raison de ses croyances et de son identité religieuses, le CÉCEF exhorte les autorités soudanaises à veiller à ce que Meriam Yehya Ibrahim Ishag soit libérée immédiatement et sans condition, et à abolir la flagellation et la peine de mort.

 

Les coprésidents du CÉCEF encouragent les chrétiens en France à signer la pétition préparée par l’ACAT pour soutenir Meriam Yehya Ibrahim Ishag.

 

Paris, le 19 juin 2014

 

Pasteur François Clavairoly
Métropolite Emmanuel
Mgr Georges Pontier
coprésidents

 

www.acatfrance.fr
www.nuitdesveilleurs.fr
www.cecef.fr

 

Photo : D.R.

 

Notre Entraide parraine 2 enfants du Sel: Dilki et Jojo

Notre association d’Entraide vient de s’engager à parrainer deux enfants du SEL.

Dilki (6 ans) du Sri Lanka et Jojo (4 ans)du Togo sont les deux nouveaux filleuls. Au delà su soutien financier qui va permettre à ses enfants d’être scolarisé, nous nous engageons aussi à prier pour eux et à correspondre régulièrement avec chacun.

Le parrainage est un moyen efficace et complet pour aider un enfant. Il vise à répondre à l’ensemble des besoins de l’enfant :
physiques, économiques, sociaux,et aussi spirituels. Ainsi Dilki et Jojo vont bénéficier d’un soutien scolaire, d’un enseignement chrétien, d’un suivi médical et alimentaire, d’ activités sociales et culturelles.
Plus d’info sur http://selfrance.org/index.php?id=parrainage etwww.facebook.com/pages/SEL-Service-dEntraide-et-de-Liaison/

Délégué local du SEL: Joël Paquereau

Jojo est parrainé par l'Entraide protestante de Bayonne Biarritz
Jojo est parrainé par l’Entraide protestante de Bayonne Biarritz

Jojo a 4 ans et vit au Togo

Jojo a 4 ans et vit au Togo à Adidogome Ablogame à 10 km au nord-est de Lomé..
Il vit avec son père qui est enseignant et avec sa mère qui est femme de ménage. Il y a deux garçons dans la famille.
Grace au parrainage, Jojo va maintenant etre scolarisé et participe déjà aux activités proposées par le centre d’accueil « Amour du Christ ».
Il aime faire des jeux collectifs et jouer au football.
– à Adidogomé.

Dilki a 6 ans et vit au Sri Lanka
Dilki est parrainée par l’Entraide protestante de Bayonne Biarritz

Dilki a 6 ans et vit au Sri Lanka

Dilki a 6 ans et vit au Sri Lanka avec ses parents. Son père répare des appareils photos, payé à la tache. Il y a un garçon et une fille dans la famille.
Dilki va faire sa rentrée en janvier à l’école primaire.
Elle aime jouer à la maman. A la maison, elle aide sa mère à faire le ménage et la vaiselle.
Dilki fréquente le Cente d’accueil Palliyawatte, sur la cote à 3km au Nord ouest de Wattala, où le climat y est humide.
– à Palliyawatta, Sri Lanka.