Archives pour la catégorie ACAT

Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture

Acat : Préparer la Nuit des veilleurs

Le 26 juin, nuit de prière où les chrétiens rassemblés cette nuit réaffirment ainsi la nécessité de s’opposer sans condition à la torture. Ils se rassemblent  lors d’évènements organisés près de chez eux.

 

Depuis 12 ans, chaque 26 juin, des milliers de chrétiens en France et de par le monde s’unissent dans une veillée de prière en soutien aux victimes de torture. Le 26 juin, les chrétiens sont appelés par l’ACAT à veiller lors d’évènements organisés près de chez eux : nuits de prière, veillées de feu, célébrations œcuméniques, concerts, processions et marches aux lanternes.

Depuis 2005, les participants de la Nuit des Veilleurs ont soutenu plus de 150 victimes. La Nuit des veilleurs porte chaque année un thème. Celui de cette année est : «L’espérance… malgré tout ? ».

Par la prière, les participants de la Nuit des Veilleurs apportent l’espérance de la foi. Ils apportent aussi un soutien direct aux victimes. L’ACAT propose aux participants de porter par la prière et d’envoyer des messages de soutien à dix victimes de la torture. Que ce soit au Mexique, en Palestine ou à Djibouti, ces personnes ont été battues, torturées, emprisonnées, pour leur engagement en faveur des droits de l’homme, pour leur engagement politique ou pour avoir protégé les plus pauvres.

Parmi eux, Mohamed Ahmed, militant politique djiboutien, arrêté en 2010 et torturé à plusieurs reprises. Sa peine de prison a été annulée en octobre 2016 mais il reste détenu. Au Mexique, Francisco de Jesus Espinosa Hidalgo, un paysan indigène engagé contre l’implantation de mégaprojets de développement, a été frappé et soumis à des décharges électriques. Depuis, il est en détention préventive. Les chrétiens rassemblés cette nuit réaffirment ainsi la nécessité de s’opposer sans condition à la torture : « La foi chrétienne ne peut en aucun cas composer avec la torture. En cette Nuit des Veilleurs, nous proposons de substituer l’instrumentalisation de l’autre, qui motive l’action des bourreaux, par la prière, la méditation et la communion avec les victimes de la torture » explique Gabriel Nissim, président de l’ACAT.

Lire la suite sur le site ….

 

 

« Exilés : l’accueil d’abord Une nouvelle étape de mobilisation

EILES

Le Synode national réuni au mois de mai dernier à Nancy avait décidé « l’organisation d’une protestation / manifestation symbolique et publique » à propos de la situation des réfugiés.
La campagne « Exilés : l’accueil d’abord ! » fut la traduction concrète de cette décision.
Beaucoup d’Eglises locales s’y sont engagées, dès le mois de juillet. D’autres l’ont rejointe
après l’été, à l’occasion de cultes de rentrée ou de cultes de la cité par exemple. Un bon
nombre ont demandé si une proposition serait faite pour poursuivre.
Aujourd’hui, je voudrais vous inviter à examiner et accueillir favorablement la proposition
d’une nouvelle étape dans cette mobilisation, élaborée en commun à l’initiative de l’Action
des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT). L’idée directrice de cette nouvelle phase
est la suivante : au sein de collectifs constitués autour des groupes locaux de l’ACAT et avec
les paroisses, mener une action locale de prière, d’information et d’échange, et de plaidoyer auprès des élus locaux et des parlementaires, à propos de la situation des exilés.
Après s’être adressée à notre Eglise, l’ACAT noue en ce moment des contacts avec les Eglises catholique et orthodoxe, et avec divers mouvements concernés par ces préoccupations. De notre côté, nous partageons cette perspective avec la Fédération protestante de France, la Fédération de l’entraide protestante, l’Union des Eglises protestantes d’Alsace et de Lorraine, La Cimade, etc.
Voici aussi un lien sur le site web de l’EPUdF qui prolonge ces informations.Lire la suite

 

Acat

L’ACAT est une ONG chrétienne de défense des droits de l’homme créée en 1974. Association loi 1901, elle est reconnue d’utilité publique et d’éducation populaire. 

L’ACAT a pour but de combattre partout dans le monde les peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, la torture, les exécutions capitales judiciaires ou extra-judiciaires, les disparitions, les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et les génocides.
Elle assiste les victimes de tous ces crimes, notamment en se constituant partie civile devant les juridictions pénales et elle concourt à leur protection notamment par toutes actions en faveur du droit d’asile et de la vigilance à l’égard des renvois qui s’avèreraient dangereux.

L’ACAT fonde son action sur un réseau actif de 39 000 membres adhérents, donateurs et salariés.

Dirigez vous sur leur site http://www.acatfrance.fr/