Archives pour la catégorie Oeucumenisme

JOURNÉE MISSIONNAIRE CONSISTORIALE

JEUDI DE JOURNÉE MISSIONNAIRE CONSISTORIALE L’ASCENSION 25 MAI 2017 dès 11h AU TEMPLE DE SOORTS-HOSSEGOR
« PALESTINIENS – ISRAELIENS : UN CHEMIN DE PAIX EST-IL POSSIBLE ? »
Retour d’expérience et témoignage Journée animée par Laurent et Corinne MÉRER, envoyés par le DEFAP en 2016 pendant trois mois comme observateurs aux check-points entre Israël et territoires palestiniens dans le cadre du programme œcuménique d’accompagnement en Palestine et Israël.
Le programme (de 11h à 16h)
11h : Culte 12h : Apéritif (sous les pins si le temps nous est favorable !)
12h30 : Repas tiré des sacs mis en commun
14h : Retour sur expérience de Laurent et Corinne MÉRER et échanges.

Voeux adoptés au Synode

3 vœux ont été adoptés par le Synode national de Nancy. Le premier concerne l’accueil des réfugiés, le second porte sur l’écologie, le troisième l’accueil des exilés Syro-irakiens.

Vœux adoptés     laurent

 

Synode national de Nancy 2016

Télecharger vœux_adopte_synode_national_epudf_nancy_2016

  1. Protestation publique

79 voix pour, 1 contre

Un drame historique se déroule à nos portes : par milliers des gens meurent de refuser la guerre et l’oppression, de choisir la vie et la liberté. Ne les accueillir qu’avec parcimonie est indigne de notre héritage spirituel et est insupportable pour nos consciences. Encouragé par les messages du président du Conseil national, de la déléguée de l’Eglise vaudoise d’Italie, du président du Conseil régional de la Région Nord-Normandie,

Le Synode national de l’Église protestante unie de France, réuni à Nancy du 5 au 8 mai 2016,

  • décide de l’organisation d’une protestation/ manifestation symbolique et publique, et charge le Conseil national d’en déterminer les modalités pratiques. Cette protestation/manifestation devra se faire en lien avec l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine (UEPAL), si elle le souhaite, et avec nos partenaires œcuméniques et inter religieux, et pourrait s’inscrire dans la durée ;
  • demande au Conseil national de mobiliser le réseau des Eglises en Europe et dans le monde à travers ses relations internationales :

1) pour développer une prise de parole à l’échelle européenne sur l’accueil des réfugiés,

2) pour mettre en œuvre des actions nationales inspirées d’expériences des autres Églises en Europe (voir la participation de l’Église Vaudoise d’Italie à l’action « couloir humanitaire »).

 

  1. Synode sur l’écologie

Fort des attentes exprimées depuis plusieurs années dans plusieurs synodes de notre Église, fort de la dynamique portée par la Fédération protestante de France à l’occasion de la COP 21 (Conférence des Parties – Changements climatiques), conscient qu’il est temps que notre Église, dans son ensemble, se saisisse du sujet de l’écologie de manière concertée et concrète,

Le Synode national de l’Église protestante unie de France, réuni à Nancy du 5 au 8 mai 2016 :

  • demande au Conseil national de mettre à l’ordre du jour d’un prochain Synode la question de l’écologie comme opportunité spirituelle et théologique de penser et débattre de notre rapport au monde, à la nature et à l’espérance d’un monde meilleur ; (71 pour, 5 contre)
  • exhorte chaque Conseil presbytéral à s’engager, sans attendre, dans des actions concrètes (énergie renouvelable, consommation éclairée, écomobilité, permaculture, écolabel des paroisses, …) ; (65 pour, 0 contre)
  • invite, sans attendre, chaque Conseil régional à initier, encourager, accompagner, et valoriser des réflexions et actions qui vont dans ce sens. (70 pour, 3 contre)

 

  1. Accueil des exilés Syro-irakiens

79 pour, 0 contre

Le Synode national de l’Eglise protestante unie de France, réuni à Nancy, du 5 au 8 mai 2016, faisant écho à la lettre du président du Conseil national de l’EPUdF au Ministre des affaires étrangères lui demandant d’engager le Gouvernement français à proposer une politique à la fois généreuse et réaliste, quant à l’accueil des réfugiés syro-irakiens,

Demande au Conseil national de l’EPUdF, en relation avec la Fédération protestante de France et la Fédération de l’Entraide Protestante déjà engagées dans l’accueil des exilés :

  • d’interpeler le Gouvernement Français afin qu’il
  • mette tout en œuvre pour accueillir dans les plus brefs délais les exilés qui se trouvent dans des conditions qui se dégradent dramatiquement,
  • prenne des initiatives courageuses au niveau européen pour la création de voies sécurisées d’accès pour les personnes à la recherche de protection,
  • accorde la priorité aux moyens d’accueil et d’insertion des exilés plutôt qu’aux mesures sécuritaires ;
  • d’exhorter les responsables et membres des communautés ecclésiales afin qu’ils portent témoignage, en paroles et en actes, de leur volonté d’accueillir les exilés dans notre société et de refuser toutes les formes de stigmatisation et de rejet « de l’étranger » ;
  • d’initier et de porter un collectif d’associations le plus ouvert possible afin de sensibiliser la population française au devoir d’asile, à la richesse de la rencontre de « l’étranger », aux rejets des comportements sociaux et politiques fondés sur la peur des autres.

Prier ensemble le notre père

Le Synode national prend acte avec reconnaissance du fait que les épiscopats francophones ont dûment interrogé le protestantisme français sur une modification dans la forme liturgique de la prière du Notre-Père.

Décision du Synode national, le 8 mai 2016

 Télécharger la décision notre_pere_decision

> Télécharger rapport_Notre-Pere

À        

A propos du Notre-Père

Vu les Actes du Synode national d’Avignon, 2014, pages 23 et 134 s.,
Le Synode national de l’Eglise protestante unie de France, réuni à Nancy les 5, 6, 7 et 8 mai 2016,

  • considère qu’il est impossible de décider d’une traduction univoque concernant certaines expressions de la prière du « Notre Père »,
  • se réjouit que depuis 50 ans les chrétiens de langue française utilisent les mêmes mots pour prier avec les paroles du « Notre-Père »,
  • prend acte avec reconnaissance du fait que les épiscopats francophones ont dûment interrogé le protestantisme français sur une modification dans la forme liturgique de la prière du Notre-Père,
  • recommande aux paroisses et Eglises locales d’utiliser pour la 6e demande, la version « ne nous laisse pas entrer en tentation » retenue pour les Eglises catholiques francophones,
  • invite les ministres et les conseils à rester attentifs à la réception de cette recommandation et donc aux usages effectivement constatés,
  • encourage l’ensemble de notre Eglise à approfondir sa compréhension du Notre-Père (études bibliques, prédications, ateliers d’écriture, échanges dans les groupes œcuméniques, formations des enfants et des jeunes, catéchèse pour adultes, etc.)

Forum des Chrétiens en Mouvements

Dimanche 10 avril culte à 9h30 Biarritz et 11H Bayonne
Samedi 9 avril : Forum des chrétiens en Mouvement de 9h à 18h30 au Lycée Villa Pia à Bayonne, avec des rencontres au choix, autour du thème « Vers demain », avec des « maisons « :Maison de la terre,
maison du vivre ensemble,

maison de l’esprit dès 9h30 ; des stands de présentations des différents groupes, églises…, une conférence sur l’écologie intégrale : une expérience spirituelle ( 16h) par Elena Lassida, économiste, professeur à l’Institut catholique de Paris…

Sur place, de quoi manger ; des lieux pour prier ; un lieu pour se retrouver : pour une heure ou la journée

, un événement à ne pas rater….    lire la suite

 

er.forum

 

 

 

Apéro Protestantisme

IMG_2060

 

En réflexion avec le conseil presbytéral, le pasteur va animer, une fois par mois, une séance d’une heure et demie sur le protestantisme.
Ces « ateliers-découverte « sont destinés aux personnes qui ont peu -voire pas- de connaissance du protestantisme. Les ateliers seront animés en deux temps : autour d’un apéritif, le premier temps se fera sous une forme d’exposé ; le second temps sera « à bâtons rompus », avec questions,interpellations.

Aucune question ne sera incongrue.
Ce groupe, pour fonctionner, ne doit comprendre que des personnes sans « bagage », en recherche,avec des questionnements, souhaitant en apprendre un peu sur le  protestantisme, confronter leurs idées librement.
Cette activité ne s’adresse donc pas aux personnes qui ont déjà un petit – ou grand !- bagage.

Par contre, vous pouvez fort bien en faire de la publicité autour de vous !
Nous aborderons dans les grandes lignes :
Une histoire succincte du protestantisme ; les grands principes du protestantisme ; la perception luthéro-réformée de l’Eglise ; les sacrements.
Si le groupe fonctionne, nous continuerons à la rentrée prochaine avec des discussions sur des sujets éthiques ; des notions de sens …
Les dates pour les quatre prochains mois, de 19h à 20h30, au temple de Bayonne:
Vendredi 11 mars ; vendredi 8 avril ; vendredi 13 mai ; vendredi 10 juin.
Parlez-en autour de vous

La Semaine de Prière pour l’Unité Chrétienne du 18 au 25 janvier 2016

SEMAINE

 

 

« Appelés à proclamer les hauts faits de Dieu » ( 1 P 2,9-10)

 
Mardi 19, à 18h00 à l’église Sainte Eugénie à Biarritz. Célébration avec homélie de Mgr Marc Aillet
• Mercredi 20, à 18h00 à l’Eglise St François Xavier à Socoa. Célébration Œcuménique
Prédication : Pasteur Nathalie Paquereau
Jeudi 21 à 18h00 au Carmel de Bayonne (2 Chemin Arancette).Célébration Œcuménique
Prédication: Pasteur Junior Damaceno
Vendredi 22 à 18h00 au temple de Bayonne. Célébration Œcuménique Homélie : Don
Maurice.

Vous êtes tous les bienvenus  pour une rencontre oecuménique autour du texte biblique « Sel de la terre et Lumière du Monde ».
Nous chanterons et prierons ensemble et partagerons un pot de l’amitié à la suite de cette rencontre. (Temple bien chauffé garanti (…)

• Samedi 23, après-midi à 14h45 à l’ Abbaye de Belloc (Urt), Colloque animé par Mgr Duplex
Samedi 23 à 20h : Pièce jouée par l’Eglise baptiste de Biarritz .
• Dimanche 24, à 10h30 : Divine Liturgie en français à l’église orthodoxe de Biarritz 8 avenue de l’Impératrice.

Mouvement du Christianisme Social

La Fraternité aujourd’hui ?
Le Congrès du Mouvement du christianisme social aura lieu
le vendredi 2 octobre et le samedi 3 octobre.

Ses débats sont ouverts à toutes et tous !

à l’Institut protestant de théologie, 83, boulevard Arago, Paris (M° St Jacques ou Denfert-Rochereau) :
« La Fraternité évangélique au secours
de la Fraternité républicaine (et inversement) ? »
avec : Edwy Plenel, directeur de Médiapart ; Christine Lazerges, présidente de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, juriste ; Florence Taubmann, pasteure ;

débat animé par Olivier Brès, président de la Mission populaire évangélique de France
Samedi 3 octobre
au Foyer Protestant d’Aubervilliers, 195 avenue Victor Hugo* (place de la mairie):
9h : Assemblée-générale statutaire, renouvellement des instances, discussions sur le présent et l’avenir du
Mouvement ; 14h : travail en groupes et en plénière en vue de la publication d’une déclaration.
18h30 Table ronde : Immigration, réalités et fantasmes.
(Ce sera en même temps la manifestation “de rentrée” de L’Atelier protestant) : Avec Georges Letellier, pasteur-animateur du Foyer protestant, Patrice Rolin, Carlos Sémédo, directeur de la Maison des associations de Gennevilliers, Geneviève Jacques (présidente de la Cimade), FrançoisClavairoly (président de la FPF), Roland Ceccotti-Ricci (conseiller municipal délégué à la prévention des expulsions, Lutte contre les exclusions, droits des étrangers).

Merci de prévenir de votre participation pour permettre l’organisation
et recevoir les dernières informations pratiques :
contact@christianismesocial.org www.christianismesocial.org

Les protestants pourront bénir les couples homosexuels

Les délégués de l’Église protestante unie de France (EPUdF) ont décidé le week-end du 16 mai d’ouvrir aux pasteurs qui le souhaitent la possibilité de bénir les couples homosexuels mariés. Malgré un texte voté à une quasi-unanimité, la voix des représentants de cette Église est loin d’être monocorde sur cette question.
« Le synode ouvre la possibilité, pour ceux et celles qui y voient une juste façon de témoigner de l’Évangile, de pratiquer une bénédiction liturgique des couples mariés de même sexe qui veulent placer leur alliance devant Dieu. » En adoptant cette phrase, les représentants de l’Église protestante unie de France (EPUdF) ont mis fin, dimanche 17 mai, à un débat de plusieurs années prenant, par 94 voix pour et 3 contre, une décision qui fera date. Témoignant de la tension soudain retombée, de longs applaudissements ont jailli de l’assemblée, réunie pour l’occasion au temple protestant de Sète, dès la fin du vote de ce texte de quatre pages.

Pour traiter de l’épineuse question de la bénédiction des couples de même sexe, les responsables de cette Église protestante avaient choisi d’engager une réflexion plus large : que signifie bénir ? bénit-on des personnes, ou leur projet ? peut-on bénir tous ceux qui le demandent ? une bénédiction doit-elle obligatoirement comporter un caractère liturgique ?… Pendant les quatre jours de ce synode national, les 200 délégués (dont 105 votants) ont patiemment discuté et amendé un texte examiné paragraphe par paragraphe.

Score impressionnant du vote et débats animés

À grands traits, la déclaration diffusée par l’Église unie se décompose en plusieurs points. D’abord, une définition de la bénédiction, tenant en un triptyque : « Accueillir une personne telle qu’elle est, exprimer une promesse faite par Dieu et inviter celui que l’on bénit à regarder sa vie à la lumière de l’Évangile », résume Isabelle Grellier, professeur de théologie pratique à la Faculté de théologie protestante de Strasbourg et l’un des deux rapporteurs du texte. Puis la possibilité, donnée aux pasteurs, sous réserve de l’approbation de leurs conseils presbytéraux, de bénir les couples homosexuels déjà mariés civilement. Enfin, la mise en place de deux équipes de coordination qui auront pour tâche de conseiller les Églises locales sur l’accompagnement et la préparation des bénédictions de couples de même sexe, et aussi de mettre au point une liturgie spécifique pour ces couples. Elles seront sur pied dès septembre.

Le score impressionnant du vote – quasiment unanime sur une majeure partie du texte – dissimule des débats animés pendant ces quatre jours. « Nous avons pu être déçus, réjouis, apaisés, tranquillisés, tendus ou encore étonnés », a résumé, devant les délégués, le président du Conseil national de l’EPUdF, le pasteur Laurent Schlumberger. « Dieu écrit droit avec des lignes courbes. Souvent, j’y ai pensé, pendant le synode. Et les lignes courbes pour les temps qui viennent, c’est nous », a-t-il poursuivi. Samedi soir, les discussions se sont prolongées tard dans la soirée, plus pastorales finalement que théologiques. Quant au texte final, il a été bouclé à deux heures du matin, intégrant jusqu’au dernier moment les amendements de diverses sensibilités…

La nécessité d’accueillir les personnes homosexuelles

Du côté des partisans, beaucoup ont exprimé la nécessité d’accueillir les personnes homosexuelles à travers ce geste de bénédiction. « Les couples homosexuels sont les seuls à ne pas pouvoir être bénis dans cette circonstance particulière », s’est agacé Romain Gavache, pasteur à Vienne (Isère). « Faut-il attendre son enterrement pour accueillir une personne homosexuelle ? » Beaucoup ont aussi défendu la nécessité d’accompagner des couples déjà très investis dans leur paroisse.

Originaire de Grasse (Alpes-Maritimes), Pierre Bernhard se range dans le camp des pragmatiques : « Je suis persuadé que l’Église n’a plus les moyens matériels de dire non, parce que plusieurs pasteurs le font déjà en cachette et que la loi sur le mariage homosexuel est désormais en vigueur. » Mais cet universitaire à la retraite plaide néanmoins pour que soit maintenue une différence sensible entre bénédiction de couples de même sexe ou de sexe opposé, « car tout ne se vaut pas », plaide-t-il.
La question de l’unité de l’Église a été omniprésente

« Ce n’est pas parce qu’un père et une mère aiment leur enfant qu’ils disent oui à tout », objecte de son côté Valérie Mitrani, pasteure à Tours, en rappelant que « Dieu ne nous donne pas un blanc-seing (et que) notre volonté n’est pas celle de Dieu ». Cette pasteure affirme déjà qu’elle fera partie de ceux qui refuseront une telle pratique. Tout comme Caroline Schrumpf, de Nantes : « Notre Église n’était pas prête à trancher ce sujet : les tensions sont telles qu’il y a forcément des frustrés. Le but est-il de frustrer la moitié de l’Église ? »

Avec une cinquantaine de pasteurs et 100 conseillers presbytéraux, elle a, au début du mois, signé un appel demandant au synode de reporter sa décision. Compte-t-elle quitter l’Église pour autant ? « Je ne pense pas, mais je crois que ce sera vraiment très compliqué dans ma paroisse. Certains paroissiens ne vont pas comprendre ce texte », répond-elle.

De fait, la question de l’unité de l’Église a été omniprésente tout au long des débats. Laurent Schlumberger balaye cet argument d’un revers de main. « Cela concerne un ou deux pasteurs, tout au plus », affirme-t-il. Cette décision peut-elle, à l’inverse, créer un appel d’air et attirer des protestants d’autres sensibilités vers l’Église unie ? « Je ne crois pas. Et s’ils nous rejoignaient uniquement pour cela, ce serait une très mauvaise raison. »

Expliquer le texte voté à l’ensemble des fidèles

Il reste désormais à mettre en œuvre ce texte. « Et il ne faudrait pas aller trop vite », estime Vincens Hubac, pasteur à Paris, non loin de la place des Vosges. Lui a déjà béni un couple de femmes, il y a trois ans, conscient de poser alors un acte « marginal » dans son Église. « Il a fallu les accueillir, revoir les textes, préparer une liturgie particulière, parler de leur foi. Ce n’est pas un acte à poser à la légère : j’ai pour conviction que le message de Jésus bouscule toutes les conventions de manière spectaculaire. Au nom de cet amour, on peut aller assez loin, à condition de faire les choses sérieusement », avance-t-il.

Depuis, le pasteur parisien attendait la décision de son Église avant d’aller plus avant. « À l’avenir, j’aurai certainement quelques demandes, mais je ne pense pas que ce soit le cas de la plupart de mes collègues », estime-t-il. La plupart des pasteurs admettent d’ailleurs qu’ils ne seront que très rarement confrontés à de telles demandes.

Expliquer le texte voté à l’ensemble des fidèles reste l’autre chantier de taille. Cette semaine, Laurent Schlumberger a prévu d’écrire aux 500 paroisses de son Église pour « accompagner notre décision ». La démarche semble indispensable pour certaines communautés très divisées sur l’opportunité de procéder à de telles bénédictions. « Ma communauté est littéralement coupée en deux », rapporte Nary Razanamparany qui préside, à Vichy, un consistoire regroupant cinq paroisses de la région. « Je sais déjà que mon conseil presbytéral y est vivement opposé, et que beaucoup ne comprendront pas cette décision du synode », glisse pour sa part un pasteur du centre de la France.

Dernière lettre adressée par Laurent Schlumberger dans les prochains jours : celle envoyée à ses partenaires des autres Églises chrétiennes, dont l’Église catholique, pour prévenir toute tension œcuménique. « Cette décision ne nous éloigne pas, a-t-il prévu d’écrire en substance. Mais cela confirme nos divergences sur les questions touchant à la sexualité et à l’éthique. »

Pasteur du Dimanche

 

PASTEUR DU DIMANCHE

SITE DU PASTEUR DU DIMANCHE

Pasteur du dimanche…

L’objectif de «  » est de proposer une parole courte sur une actualité et un texte biblique qui invite à aller plus loin. Ces petites vidéos ont l’avantage de pouvoir être diffusées sur différents supports mobiles et sur les réseaux sociaux. Là, les paroles sont alors commentées et deviennent le lieu de contacts et de débats entre des personnes d’origines très différentes. Elles sont une invitation à la lecture et à une rencontre réelle avec nos communautés. Ce site est un outil supplémentaire et complémentaire des autres moyens de communication. Il permet d’être présent, visible et audible au service de l’Evangile.
N’hésitez pas à partager sur internet celles qui vous touchent.

 

Journée mondiale de la prière avec les Bahamas

Vendredi 6, à 17h30 au temple de Bayonne,   journee de la prieremains priere

 La Journée Mondiale de Prière (JMP) est la plus grande initiative oecuménique

de femmes chrétiennes de toutes traditions. Par cette journée, les femmes affirment
que prière et action jouent un rôle essentiel dans le monde et ne peuvent être dissociées.
La charte de la JMP se décline en trois mots : s’informer, prier et agir. Pendant
24 heures, dans plus de 180 pays, nos soeurs des Iles Bahamas vont nous entraîner
dans l’aventure d’un amour infini, d’un amour absolu, celui de Dieu. Des ténèbres à la Lumière
Les Bahamas, îles de rêve, mais aussi îles où des êtres humains sont victimes
pauvreté, de violence, d’injustice. Ce que fait Jésus en lavant les pieds de ses
disciples est un symbole d’amour absolu et d’une humilité véritable. En tant que
disciples, nous sommes appelés, nous aussi, à servir. En écoutant nos soeurs
Bahamas, nous découvrirons que cet amour absolu est source de transformation dans
leur vie. Grâce à elles, nous prendrons le temps de réfléchir à cette question :
comment nous laissons-nous saisir par cet amour absolu de Dieu ?